Tribunes

Tribune de la majorité - Janvier 2019

PLACE DE LA GARE : UN PROJET COMPLEXE

Le projet de la Place de la Gare n’est pas qu’un projet de voirie. C’est un projet structurant pour la ville de Bourg-la-Reine. Nous ne pouvions conserver la situation en l’état, un carrefour dont la dangerosité s’accroît avec l’augmentation des usagers, estimés actuellement à 22 000 par jour.

Ce constat a été partagé lors de la concertation. Une concertation très élargie, qui a permis de recueillir toutes les remarques, les propositions des Réginaburgiens, tout à fait conscients de l’importance du projet. Nous sommes allés bien au delà des formes réglementaires et habituelles de concertation. Et nous nous en félicitons, souhaitant obtenir un véritable consensus, afin de construire ensemble cette place. Rappelons que le projet, annoncé dès 2014, vise à sécuriser, à fluidifier la place et à la rendre plus agréable. Il est de notre responsabilité de la transformer en un véritable lieu de vie à l’instar de l’avenue du général Leclerc, que les habitants et les visiteurs apprécient tant.

Le projet de la place de la gare est un projet complexe du fait :    

  • du grand nombre d’acteurs publics impliqués (CD92, RATP, IDFM, Ville, Police nationale) et de concessionnaires (eau, assainissement, gaz, circuits secs,…)
  • de l’exiguïté de l’espace et la proximité d’un axe de circulation majeur
  • nombre d’usagers et d’habitants concernés
  • du maintien du fonctionnement de la gare pendant l’ensemble des phases de travaux

Il nécessite ainsi les compétences d’experts techniques et urbanistiques et le déploiement de méthodes de gestion de projet modernes et professionnelles. Nous avons ainsi recours aux méthodes Agile (Manifeste Agile 2001) privilégiant l’itératif et l’adaptatif.

Les méthodes classiques figeant la conception ne peuvent pas s’appliquer. Il est impossible d’intégrer l’ensemble des besoins et contraintes a priori. Le développement par étapes permet d’adapter le planning tout au long du projet et de tenir compte des réalisations de chaque étape.

Lors du dernier Conseil Municipal, la troisième étape a été soumise à l’approbation des conseillers. Une fois de plus, nos oppositions se sont prononcées sans approfondir l’analyse et limitant leurs critiques aux engagements des coûts. Nous comprenons aisément ces difficultés liées à l’analyse d’un tel projet sans recours à des spécialistes et des professionnels techniques et financiers.

Quant aux coûts, les courbes liées aux engagements de dépenses suivent la courbe des nombreuses subventions obtenues. Grâce au travail méticuleux et continu d’ingénierie financière, le financement des travaux, hors ville, frôlera ainsi 75% du montant total. Mais alors pourquoi s’obstiner à contester systématiquement les décisions proposées ?

Nous retrouvons là des positions de politique politicienne ou rancunière qui appartiennent au passé, que la population refuse aujourd’hui. Ces méthodes conduisent à figer la ville et le pays.

Nous nous appuyons sur l’ensemble de la population qui nous a fait confiance et plébiscite aujourd’hui chacune de nos réalisations urbanistiques récentes : modernisation du centre ville, transformation des axes de grande circulation en boulevard urbain, nouvelle médiathèque, rénovation des écoles République et Bas-Coquarts, modernisation des commerces, rénovation de nombreuses rues et avenues.

La majorité municipale

_______________

Tribunes de l'opposition - Janvier 2019

Bien vivre à Bourg-la-Reine

LA FRANCE EN COLERE EST DANS LES RUES

Les Gaulois réfractaires sont dans les rues marginalisant syndicats et partis politiques dans lesquels ils ne se reconnaissent plus revendiquant leur liberté de penser et d’agir Jamais depuis la 5ème un président, élu avec seulement 18 % des voix, n’a été aussi méprisé et méprisable que MACRON après 1 année de fonction Le monarque se croyait invulnérable mais le peuple des gilets jaunes a gagné la bataille de l’opinion 82 % des Français leur sont favorables et les soutiennent malgré la tentative d’amalgame avec les casseurs entretenu par le gouvernement pour les discréditer.

Caserne des pompiers la lutte continue je soutiens les recours des Associations Inadmissible 4 antennes de téléphonie dans un espace aussi restreint que le stade Charpentier. Je demande un audit sanitaire Place de la Gare toujours plus chère

Bonne et joyeuse année 2019

Henri THELLIEZ

_______________

Citoyen à Bourg-la-Reine

Bonne année à ceux qui luttent

Alors que le peuple de France se réveille en utilisant des gilets jaunes, nos dirigeants tentent de criminaliser leur colère. Cette colère n’est pas nouvelle elle s’est déjà exprimée le 29 mai 2005 lors Référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe. Avec 54,68% le peuple français avait dit NON !
Mais ils ont été dupés par la suite par leurs dirigeants.
Alors pas question de souhaiter une bonne année à ceux qui méprisent et appauvrissent le peuple.
Pour tous les autres BONNE ANNEE 2019 pour que les combats pour l’amélioration des conditions de vie et de travail soient nombreux et victorieux. BONNE ANNEE pour la revalorisation des salaires et des pensions.

La suite : http://www.elugaucheblr.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Nouvelle dynamique

Place de la gare : le coût monte déjà

Comme vous avez pu le constater, les travaux d’aménagement de la place de la gare ont débuté. Premiers constats.

Acte I : fin du square Theuriet et abattage des arbres

Le premier geste fut d’abattre les résineux du centre de la place et les tilleuls du square Theuriet, qui sera remplacé par un abri à vélo (voté depuis 4 ans par le conseil municipal !! mais jamais financé). Et on peut déjà deviner le nouveau tracé de la rue des Blagis : pour une raison jamais explicitée, la rue des Blagis rejoindra la rue Theuriet plus haut qu’hier, ce qui nécessite un virage à 300°, en fort dévers, peu propice au cheminement des piétons et des personnes à mobilité réduite.

Acte II : le budget s’envole

Lors du conseil du 12/12/18, un deuxième amendement au marché de maîtrise d’œuvre a été voté par l’équipe en place.
Le premier, voté il y a un an, renchérissait le marché de près de 36%, officiellement pour tenir compte des demandes des habitants : construction de l’abri vélo, de la halle d’attente des bus, et d’une passerelle au-dessus de la rue des Blagis que personne n’avait demandée et qui sortait du chapeau du maître d’œuvre Techni ’Cité.
Le nouvel avenant, renchérit le marché de 22% cette fois, augmentant la facture de la maîtrise d’œuvre de 58% : nouvelles modifications du projet, abandon de la passerelle, modification de la halle – et aménagement d’une voie de régulation pour les bus. Prévue bd Joffre depuis 2017, notre municipalité pensait qu’elle serait réalisée aux frais du département. Las ! Le département s’y refuse, si bien qu’il faut aménager une contre-allée au droit du garage Volkswagen. Et donc démolir l’auvent en béton qui est devant : encore des travaux lourds, prévisibles, mais non prévus au projet !

Acte III : les élections approchent

La précipitation est bien mauvaise conseillère … N’y aurait-il pas des élections à l’horizon ? Voilà 20 ans que l’on parle de cette place, on aurait pu encore se donner quelques mois pour éviter cette succession de cafouillages : le planning initial conduisait inéluctablement à un avenant, car la « consultation » se terminait bien après le début des travaux d’étude ! Et la nécessité d’une voie de régulation pour les bus était connue dès le début ! Comme souvent avec l’équipe en place, l’aménagement de la place de la gare s’imagine par petits bouts, sans vision d’ensemble : nous avons fortement insisté pour qu’on lie la reconstruction du bâtiment du 68 bd Joffre avec l’aménagement de la place, permettant une entrée des bus plus naturelle. Et côté rue Theuriet et bd Joffre ?  La question de l’aménagement côté Blagis/Theuriet se pose mais … on en parlera à la prochaine mandature …

Cette analyse et bien d’autres nous font suggérer aux 2 ou 3 auteurs des tribunes dites de la « majorité » de se garder de railler mois après mois nos textes. Nos critiques sont constructives et fondées sur un travail long et sérieux. Oui l'équipe en place dépense les ressources de la ville (et parfois plus, cf. l'endettement), c'est bien le moins ! Il revient à la population comme à l'opposition de vérifier que cet argent est bien utilisé. Pour quelle priorité ? pour qui ? et comment ? sont des questions légitimes. La dérive des budgets de moults projets,  les choix fiscaux et de politique générale  doivent être discutés.

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Denis Delrieu, Arnaud Hertz, Florence Maurice, Laure Thibaut

_______________

Renouveau pour Bourg-la-Reine

BONNE ANNEE 2019 !

Le chiffre du mois : +52%
La facture de la Place de la Gare explose !

RENOUVEAU POUR BOURG-LA-REINE vous présente ses meilleurs vœux pour 2019 ! Mais que se passe-t-il à Bourg-la-Reine pendant les fêtes ? Eh bien, le Maire, après avoir augmenté les impôts et la dette, fait voter en catimini par sa majorité d’énormes dépenses supplémentaires ! 52% de dérives du budget, excusez du peu ! Alors que le ras-le-bol fiscal se manifeste partout à travers les gilets jaunes, alors que nous ressentons tous à la fin du mois qu’il reste de moins en moins dans notre poche, eh bien notre Maire continue à dépenser sans limite notre argent ! Patrick Donath a voulu passer en force sur le projet de la Place de la Gare et … patatras ! Il doit maintenant improviser de nouveaux aménagements non prévus au départ… Alors que çà faisait 25 ans qu’on réfléchissait sur ce projet… cherchez l’erreur ! Face à cet amateurisme, nous devons changer la gestion de notre ville et adapter les projets au budget prévu. Pas l’inverse ! Nous, nous le ferons. Rejoignez-nous pour préparer 2020 !

Philippe LOREC, Guillaume THYSSwww.renouveaublr.fr

_______________

Tribune de la majorité - Décembre 2018

Observer et comprendre pour agir

Tel est le principe fondamental d’une politique efficace et adaptée. Comme dans d’autres domaines, nous appliquons ce principe pour définir et mettre en œuvre notre stratégie sociale.

Ainsi, en 2018, nous avons mené un travail d’analyse des besoins sociaux (ABS), qui nous permet aujourd’hui de mieux connaître encore notre population et ses besoins. Les principales données socio-économiques de Bourg-la-Reine placent la ville parmi les territoires plutôt privilégiés au regard des chiffres départementaux ou régionaux. Le taux de chômage (9.8 %) est inférieur, 2.1 % des ménages touchent le RSA (3.3 % pour le 92), le taux de pauvreté est de 8% (12.2 % pour le 92), la médiane de revenu disponible par unité de consommation est de 30 933 € contre 25 960 € pour le département et 22 522 € pour l’Île-de-France. Enfin, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 49.26 % de sa population active.

Cette photographie plutôt favorable des données socio-économiques de notre ville nous convainc pourtant qu’il y a matière à agir dans le domaine social car après une première partie quantitative, l’ABS comporte une analyse qualitative très intéressante. Ainsi, la priorité accordée à l’axe social de la politique que nous menons est bien réaffirmée et sera amplifiée, ceci pour 3 raisons :

1/ D'abord, ce paysage global ne doit pas nous faire ignorer qu'il y a aussi, dans notre ville, des personnes qui connaissent des difficultés sociales profondes et multiples : en cette période hivernale, nous pensons bien sûr aux plus fragiles d'entre nous, les personnes sans abri pour lesquelles nous ouvrirons pour la seconde année une salle pour les jours de grand froid. Nous sommes, tout au long de l’année, sur le plan financier et logistique, aux côtés des associations d’aides alimentaires qui rendent un service inestimable à nos concitoyens en difficulté. Nous maintenons par ailleurs année après année l’octroi d’aides financières pour les familles et les personnes âgées à bas revenus.

2/ Mais le besoin d’aide ne doit pas seulement être vu sous l’angle de la fragilité économique. La solitude peut également représenter une certaine pauvreté. C'est pourquoi les actions qui tendent à repérer les personnes isolées sont importantes : ainsi, depuis cette année, une personne de confiance employée par la Ville rend visite aux personnes âgées qui le souhaitent ; dans les mois qui viennent nous impulserons des actions de solidarité de voisinage ; nous soutiendrons les aidants familiaux en organisant des groupes d’échanges ; nous continuerons à proposer des séjours de vacances pour quelques mamans seules surtout pour qu’elles tissent des liens entre elles ; nous continuerons à animer avec le CAEL le lieu d'accueil enfants/parents “La Passerelle” pour favoriser les échanges et être là en cas de questionnement sur la parentalité.

3/ Enfin, un autre domaine important de notre action, le cœur de l’action sociale et l’affaire de chacun d’entre nous, c’est de nous donner les conditions d’un meilleur vivre ensemble. Pour cela, nous allons saisir tous les leviers à notre main pour multiplier les espaces et les occasions de rencontre afin de développer la connaissance mutuelle, l’entraide et les liens sociaux. Par exemple, les actions intergénérationnelles seront renforcées : goûters entre les enfants d’une crèche et les personnes âgées vivant dans notre résidence autonomie ; animations et sorties partagées seniors/jeunes ; spectacles intergénérationnels… Nous serons également en soutien, comme toujours, de notre réseau associatif à travers les réunions de coordination sociale qui permettent à chacun de mieux appréhender les actions des autres structures et de tisser des liens entre elles ; nous poursuivrons les sessions de recherche de bénévoles.

Nous rechercherons votre avis et vos idées sur les services actions que vous souhaiteriez, c’est cette nouvelle manière d’intervenir, qui a pour nom le développement social, que nous souhaitons promouvoir.

Philippe Ancelin, Angélique Khaled, Isabelle Spiers

_______________

Tribunes de l'opposition - Décembre 2018

Bien vivre à Bourg-la-Reine

BOURG-LA-REINE, LA VILLE ENDORMIE

Allusion à une boutade d’un homme politique connu de notre département Regrettable réalité, notre ville somnole Parcourir les rues le dimanche suffit pour s’en convaincre Une médiathèque sur dimensionnée, dans laquelle ni la jeune enfance ni les ados n’ont d’espace dédié Vos jeunes enfants n’y peuvent élever la voix Les seniors ne sont pas mieux lotis Sous exploitée, car accessible 3 jours ½ sur 7, à des horaires discutables Pas de salle de cinéma, pourtant fortement désirée La jeunesse a comme seul lieu de rencontre la maison ou les cafés, alors que nous prévoyions la mutation de la médiathèque en maison de la jeunesse et de la culture

Une offre commerciale en inadéquation avec les attentes, etc. …

2020 sera l’occasion de réveiller cette belle endormie

Nous rendons un dernier hommage à notre colistière et amie Mme Annette GIBAULT, qui nous a quitté

Henri THELLIEZ

_______________

Citoyen à Bourg-la-Reine

Pour les fêtes à venir, vive le bonheur

Pour les fêtes de fin d’année nous avons tous besoin de joie, de confort et de lumière. Car oui, nous savons tous que le besoin de lumière existe en décembre. Les lumières que les villes vont mettre à disposition des citoyens ne sont pas des charges mais des ressources (comme les salariés dans une entreprise, sauf pour les « mauvais » patrons pour qui les salariés et leurs salaires sont des charges). Les lumières pour les fêtes sont des ressources car elles participent à maintenir un moral positif pour les habitants des zones urbaines denses. Les études prouvent que la diminution des heures de jour est vécue comme déprimant pour la plupart des êtres humains.

La suite : http://www.elugaucheblr.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Nouvelle dynamique

La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure

Communiquer n’est pas dialoguer, et c’est l’équipe en place qui nous en fait la démonstration.
M. le Maire communique abondamment sur : le dynamisme de son action / les chantiers qui s’ouvrent / les décisions prises …  (en oubliant de noter au passage que la plupart de ces chantiers sont des héritages de l’ancienne équipe, ou le fait du département, de la région etc.). Mais le dialogue avec la population semble être dans l’impasse : soit la méthode même de la gestion du projet interdit dès son origine un vrai dialogue, soit la Mairie est en conflit ouvert avec les riverains impactés par les projets. Un exemple ? En voici trois : la place de la gare, la caserne des pompiers, et le futur quartier Faïencerie.

À PROJETS MAL MENÉS, DÉMOCRATIE MALMENÉE

La « concertation » menée sur le projet de la future Place de la gare a conduit à augmenter le budget de plus de 1 M€ en satisfaisant des demandes disparates (dont on pouvait contester le bien-fondé au regard de leur coût). Mais surtout, le projet a été fortement modifié APRES la clôture des débats, sans aucun partage avec les habitants qui avaient pourtant montré leur implication. Drôle de méthode, pour un résultat bancal.
Et la caserne des Pompiers ? Voilà un vieux, un très vieux dossier, un héritage des mandatures précédentes : l’opposition à  l’époque avait déjà proposé d’autres emplacements. Las… Le temps a passé sans action de la Mairie, et désormais on nous impose un bâtiment massif, enclavé entre la petite rue Ravon et l’étroit boulevard Carnot, les parents d’élèves sont très inquiets, et les riverains sont fâchés… Une association développe des arguments contre le projet ? La Mairie riposte par des propos au vitriol, les placarde dans les rues, des tracts circulent, et toute cette énergie… en pure perte : il est trop tard, le permis de construire a déjà été déposé. Absence de dialogue, alimentation d’une polémique inutile, gâchis.
Avez-vous entendu parler du futur « Eco-quartier Faïencerie » ? Non ? C’est normal. Sachez que c’est un merveilleux projet, vous dit M. le Maire, puisqu’il figure au prestigieux palmarès des projets de la Métropole du Grand Paris ! Rendez-vous compte, les meilleurs architectes vont se pencher sur le dossier ! Et ? Et rien. Vous n’en saurez pas plus jusqu’à ce que vous le voyiez sortir de terre. Pourquoi ? Car les études - décisives - vont échapper à la ville, aux habitants et à leurs représentants.  Sur un projet dont personne ne saura rien, donc – on donne carte blanche aux promoteurs - ce sont 3 personnes, M. le Maire, le président du Territoire et le président de la Métropole (qui les connait ? Connaissent-ils Bourg-la-Reine ?), qui décideront du devenir d’un quartier entier de notre ville.
Bizarrerie supplémentaire, M. le Maire organise pourtant des réunions très sélectives de quelques personnes, sur des zones d’habitation disséminées dans le quartier, pour parler du projet…
Démocratie locale, vous avez dit bizarre ? Vous méritez mieux, Bourg-la Reine mérite mieux, la démocratie locale mérite mieux : un petit budget participatif, c'est bien, une vraie participation de la population aux grandes décisions, c'est mieux.
Nous sommes vos élus et nous croyons à l’initiative citoyenne ! Rejoignez-nous !

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Denis Delrieu, Arnaud Hertz, Florence Maurice, Laure Thibaut

_______________

Renouveau pour Bourg-la-Reine

TRÊVE DES CONFISEURS

Le chiffre du mois : 25 / 31
Les fêtes arrivent !!
Cher(e)s) Réginaburgien(nne)s, en cette période de fin d’année 2018, nous voulons vous
présenter tous nos vœux pour que vous passiez d’excellentes fêtes.
Profitez bien de notre belle ville, de ses commerces et des animations qui vont fleurir
pendant cette parenthèse joyeuse ! Ayez aussi une pensée vers ceux qui n’ont pas les
mêmes chances et qui ressentent plus durement la vie pendant cette période. Soyez
attentifs à votre famille, à vos amis et voisins, aux autres… Bourg-la-Reine a la chance de
bénéficier de nombreuses associations, dont le travail tout au long de l’année est
remarquable : voilà où trouver si besoin des personnes bienveillantes, à l’écoute et toujours
disponibles.
Et parce que cette période doit rester sereine et heureuse, nous espérons que l’équipe
municipale saura déployer les moyens nécessaires pour plus de sécurité et de services aux
habitants, base d’une politique municipale de qualité.
Très bonnes fêtes à tous !
Rejoignez le groupe « Renouveau pour Bourg-la-Reine » pour 2020 !

Philippe LOREC, Guillaume THYSS
www.renouveaublr.fr

 

 

_______________

 

Tribune de la majorité - Novembre 2018

Critique ou action concrète

 « La critique est toujours plus facile que la pratique » avons-nous dit … La lecture des dernières tribunes des oppositions montre qu’il est tentant pour elles, à défaut de proposer des idées constructives, de diffuser des propos alarmistes et mensongers, en déformant les actions menées par la majorité qui œuvre au quotidien pour l’intérêt collectif.

La Ville a su investir tout en gardant une dette stable, conservant la maîtrise des projets tout en bénéficiant de subventions maximales. Sur tout les habitants sont associés : concertation de la Place de la Gare, création du Jardin de la Madeleine, square Colbert, réfection des rues Panorama, Theuriet, mise en place d’Ateliers urbains, rencontres dans les quartiers, tours de ville … Être en situation de responsabilité expose, nous l’acceptons, le débat est indispensable, mais ne nous orientons pas vers de viles polémiques partisanes et dogmatiques. Restons positifs et travaillons !

Et dans cet objectif nous vous proposons d’examiner notre cadre de vie et notamment d'exprimer nos réactions vis à vis de problèmes quotidiens relevant de l’entretien et de la propreté de la ville. Nous déplorons une explosion de faits qualifiés de nos jours d’incivilités. Comme partout répondrez-vous, eh bien non, ensemble sans esprit partisan, nous devons nous emparer de cette question !

Quelques exemples : des dépôts sauvages d’encombrants et d’ordures, des dizaines de mégots autour des terrasses de café, dans les grilles d’arbres, les mouchoirs, les bouteilles plastiques ou les canettes, les emballages de nourriture, les bouteilles, abandonnés à côté d’une corbeille vide… les déjections canines, sans compter les murs de soubassement ou recoins souillés jour et nuit et qui dégagent des odeurs pestilentielles. Crachats, chahuts et nuisances sonores, mobilier urbain tagués… la liste est longue… Des espaces publics dégradés en permanence ! Le réflexe est immédiatement d’écrire un message à la Mairie, avec plus ou moins d’humour, plus ou moins d’agressivité !

Des études savantes montrent que l’individu préserve d'abord son propre espace, et que son comportement face à l’espace public relève de l’indifférence voire du mépris - jusqu’au moment où il regarde autour de lui, lâchant son téléphone et clame « la ville est de plus en plus sale »! Pourquoi abîmer ou salir ce que nous partageons ? Ce que nous payons avec les deniers de chacun ? Pourquoi cette désinvolture ? Pourquoi ne pas respecter les biens collectifs ? Faut-il verbaliser en permanence ?

En organisant en mai dernier un nettoyage citoyen, nous avons voulu sensibiliser et encourager chacun à de bonnes pratiques, avec des gestes simples. En 3 heures plus de 70 personnes ont ramassé 85,1 kg de déchets et les services de la Ville circulant à bord d’un véhicule électrique ont collecté 6m3 d’encombrants : un canapé, des planches, une cuvette de WC, des pots de peinture, de la moquette… Au terme de cette opération, il apparaît que les mégots constituent une part très importante des déchets collectés et nous souhaitons mener une action spécifique en direction des fumeurs et des lieux qu’ils fréquentent. Dans les écoles les élèves sont encouragés à respecter les recommandations de tri et à respecter dès le plus jeune âge les espaces de vie.

Parallèlement, il faut indiquer que des consignes strictes sont données aux prestataires chargés de l’entretien de la Ville et que nos services chaque jour de la semaine, chaque week-end interviennent, pour nettoyer un jardin, vider des corbeilles, désinfecter un escalier, emporter une baignoire… Cela représente des heures de travail et des milliers d’euros par an. Les incivilités ont évolué avec la société, nous devons donc reprendre usages, règles de vie et remettre le sens de la discipline collective à l’honneur. Respectons patrimoine et espace commun, pour préserver Bourg-la-Reine.

Philippe ANCELIN, Isabelle SPIERS

_______________

Tribunes de l'opposition - Novembre 2018

Bien vivre à Bourg-la-Reine

BILAN MAJORITE, 4ème année d’échec

Un Maire élu par ses 23 copains colistiers Non par la volonté des habitants Un reste d’équipe en décomposition 5 de ses élus n’habitent pas BLR  3 vivent à des centaines de km Vannes Toulouse Angers pire l’un de ceux-ci perçoit toujours son indemnité payée sur nos impôts  L’ex 1er Adjoint aux Finances et un CM quittent le navire Progression de l’endettement de la ville Hausse non nécessaire des impôts locaux qu’ils s’étaient engagés à ne pas augmenter

Projets coûteux non prioritaires contestés Caserne des Pompiers Place de la Gare Espace Faïencerie Coûts de fonctionnement Médiathèque et nouveau CAEL toujours inconnus Pilotage à vue Aucune vision ni stratégie à moyen et long terme Aucune planification pour l’optimisation du personnel communal

2020 sera l’occasion de mettre fin au pouvoir de cette majorité minoritaire Mon parti, c’est Vous

Henri THELLIEZ

_______________

Citoyen à Bourg-la-Reine

Un budget pas tout à fait participatif

A Bourg-la-Reine l’expérience des budgets participatifs n’est pas prise en compte.
Le budget participatif s’appuie en général sur un cycle de 5 étapes, à destination des habitants.  Le programme doit aussi s’appuyer sur celles et ceux qui vont le mettre en œuvre : les services. Guide rapide pour s’organiser en interne.
(Cette synthèse est issue d’un atelier de coconstruction mené par lesbudgetsparticipatifs.fr lors des Rencontres nationales de la Participation).
http://lesbudgetsparticipatifs.fr/budget-participatif-un-guide-rapide-pour-sorganiser-en-interne/

Limite du nombre de caractère de mon droit d’expression.
La suite : http://www.elugaucheblr.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Nouvelle dynamique

Bon vent, pour le nouveau 3-mats.
Après des mois de fermeture, au moins partielle, le 3-mats est en train de rouvrir, avec une nouvelle équipe qui se met en place, officiellement, depuis le premier octobre.

Une nouvelle directrice a été embauchée, proposée par  Fédération Régionale des MJC, ce qui a priori est un gage de professionnalisme. Un éducateur, une animatrice et un agent d’accueil ont également été embauchés.

Nous sommes heureux que la situation se débloque et que le 3-mats semble repartir sur de bonnes bases, après bien des atermoiements. Le projet du nouveau 3-mats devrait selon nous être co-construit avec la nouvelle directrice et ses collaborateurs, mais aussi en prenant en compte l’avis et les besoins exprimés par les «  usagers » du quartier, en particulier les jeunes, et les associations partenaires.  

Nous regrettons néanmoins que la politique pour le quartier des Bas-Coquarts, qui concerne toute la ville,  se joue plutôt en coulisse et non en public. Nous regrettons également que le conseil municipal ne soit informé qu’a posteriori et que la commission municipale compétente ait été tenue à l’écart.

L’association des jeunes réginaburgiens en difficulté sévère.
C’est d’autant plus important, que l’AJR, association des jeunes réginaburgiens, présente depuis de nombreuses années sur ce même quartier, traverse une crise profonde : départ de son Directeur, départ de trois autres animateurs, après des ruptures conventionnelles. La trésorerie est au plus bas, et a nécessité une subvention d’équilibre exceptionnelle. Cela permet à l’association de couvrir ses frais de fonctionnement récurrents, mais ne suffit pas pour permettre à l’AJR de financer ses activités.

À cette heure, nous n’avons pas d’information officielle sur la façon dont cette association va pouvoir s’en sortir au-delà de l’apurement des comptes.

L’ouverture élargie de la médiathèque
L’élargissement des plages d’ouverture de la médiathèque était dans notre programme des municipales en 2014. La municipalité vient de reprendre cette idée. Il est vrai qu’elle y avait été incitée par le rapport de Erik Orsenna au Président de la République, qui se traduit par un « plan bibliothèque » doté de subventions pour les études préparatoires et la mise en place de plages d’ouverture plus larges.

Il est indubitable que la définition et la mise en place de ces plages horaires, doit se faire après avoir pris l’avis de nos concitoyens, abonnés ou non à la médiathèque. Mais était-il pour autant nécessaire de commanditer une étude à 32 000 € ? Celle-ci serait subventionnée par le ministère de la culture, 8 000 € restant à la charge de la commune ; mais est-ce une raison pour gaspiller l’argent public ? Ne pouvait-on pas se contenter du sondage qui a été lancé, certes, sans trop de publicité ?  Un sondage ne fournit, il est vrai, que des indications : mais, en se basant néanmoins dessus, ne vaudrait-il pas mieux expérimenter l’ouverture  un ou deux soirs par semaine, et quelques heures le dimanche, puis faire un bilan au bout de quelques semaines, afin d’ajuster les plages aux besoins constatés ?

Pour nous contacter : Email  elusnouvelledynamique@googlegroups.com / page FaceBook : Elus Nouvelle Dynamique BLR

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Denis Delrieu, Arnaud Hertz, Florence Maurice, Laure Thibaut

_______________

Renouveau pour Bourg-la-Reine

SOUS LA TUTELLE DE LA MGP

Le chiffre du mois : 3 ans / 3
C’est le nombre d’années pendant lesquelles notre ville risque de devoir construire 100% de logements sociaux, suite au vote de Patrick Donath (absent en séance !) à la Métropole du Grand Paris (MGP) !
Mais pourquoi le Maire a-t-il accepté de voter cette décision de la MGP, extrêmement négative pour les Réginaburgiens ?

L’image de notre ville va s’en trouver dégradée, présentée comme une ville sans réelle politique sociale et urbanistique, avec le risque de voir nos capacités d’action et de décision considérablement réduites.
Monsieur Donath, ce n’était pas cette politique que nous avions proposée quand nous avons été élus en 2004 ! Nous n’acceptons pas que vous laissiez à d’autres la possibilité de décider ce que nous avons le droit de construire sur notre ville.

Alors, chers concitoyens, réagissez ! Et rejoignez le front des élus qui, comme nous l’avons fait au Conseil du Territoire (Vallée Sud Grand Paris), ont voté contre ce projet pour préserver notre qualité de vie à tous.
Rejoignez le groupe Renouveau pour Bourg-la-Reine pour 2020 !

Philippe LOREC, Guillaume THYSS
www.renouveaublr.fr

_______________

Tribune de la majorité - Octobre 2018

Unis pour agir

Une équipe qui tient ses engagements 
Une équipe sérieuse, proche de vous, accessible,
Et qui a un vrai sens de la démocratie participative

Voici comment nous nous sommes présentés à vous, en 2014 et depuis cette date nous nous sommes attachés à défendre un programme innovant, ambitieux et responsable.

Nous étions particulièrement attentifs à renforcer des synergies bénéfiques pour Bourg-la-Reine entre les différents acteurs : nous avons toujours maintenu un cap et manifesté une véritable volonté de respecter les engagements pris, face aux électeurs. Il peut arriver que les circonstances soient plus complexes, que le contexte juridique et législatif évolue, que de nouveaux partenaires ou acteurs apparaissent ou au contraire disparaissent (Métropole du Grand Paris, Territoire, communauté d’agglomération) et qu’il faille adapter les projets, tout en respectant l’esprit et les orientations annoncées. Cela ne signifie pas que les dossiers ne sont pas suivis. Nous ne sommes pas isolés sur certains projets et heureusement. Quelle commune aurait pu engager seule la requalification de la « Nationale 20 » en un boulevard urbain, de Massy à la Porte d’Orléans ? Il fallait nécessairement une collectivité coordinatrice ayant la vision, la compétence, l’expérience et les moyens d’assurer la cohérence d’un tel projet sur plusieurs années. Ce n’est pas pour autant que nous avons perdu notre rôle de collectivité de proximité, nous sommes systématiquement associés à la définition et à l’élaboration des aménagements, et nos habitants participent à leur mise en œuvre. Nous savons bien qu’il est facile de reprocher tout et son contraire à la Mairie, mais certaines attaques frontales relèvent de l’opportunisme, de la démagogie et  parfois de de l’ignorance. La Ville est toujours partie prenante, ne laisse personne de côté et travaille sur tous les secteurs de la vie municipale et associative. Il s’agit de construire un véritable partenariat solide et efficace, grâce à des conventions d’objectifs et de moyens, ainsi qu’à un soutien technique constant.

Bien sûr, 6 années de mandat représentent une tranche de vie non négligeable et il peut arriver que les parcours personnels, familiaux, professionnels connaissent des évolutions, que certains soient contraints de s’éloigner aussi bien dans la majorité que dans l’opposition : ce sont les aléas de la vie… Ce n’est pas pour autant que l’équipe change de cap, perd sa cohérence et ne travaille pas de concert.

Vos élus ont à cœur de mener à bien les projets sur lesquels vous leur avez accordé votre confiance. Il s’agit avant tout d’un engagement, qui s’exerce au quotidien avec  dévouement et désintéressement. Gestionnaires prudents mais déterminés, nous avons l’ambition de mettre en œuvre notre programme et nous vous en rappelons les axes majeurs :

Faire participer les habitants
Investir pour nos jeunes
Soutenir et accompagner les plus fragiles
Aménager la ville de demain
Préserver l’environnement
Renforcer la sécurité
Optimiser et maîtriser nos dépenses
Simplifier vos démarches  

Philippe Ancelin, Isabelle Spiers

_______________

Tribunes de l'opposition - Octobre 2018

Bien vivre à Bourg-la-Reine

Bourg-la-Reine touché par l’insécurité !

Cantine de l’école Fontaine Grelot incendiée Nouveau départ d’incendie un peu plus tard Cambriolage à l’Institut Notre Dame fin août à quelques jours de la rentrée Ordinateurs dérobés pour un préjudice estimé à 25 000 € Casse à la voiture bélier les malfaiteurs ont forcé la porte du garage Renault rue des Cottages (article du Parisien) Agressions, vols cambriolages d’appartements Notre ville est touchée par l’insécurité

Candidat en 2014 j’avais soulevé la question de la présence de la police municipale, évoqué le recrutement de policiers et un redéploiement de l’amplitude de leur activité en concertation avec les intéressés A ceux qui disent que cela a un coût je réponds que le Maire dépense bien pour des projets non prioritaires « Il n’y a pas de liberté sans sécurité ni de sécurité sans courage » (Sénèque, 1 siècle avant Jésus Christ)

Henri THELLIEZ

_______________

Citoyen à Bourg-la-Reine

Vendeur de rêve, activité de la majorité !

Installé confortablement sous des tentes de la ville montées par du personnel communal la majorité rabat les oreilles des citoyens de ces projets pour après les municipales. Pour quels couts, là pas de réponses. Et ceci ne sera fait que si les électeurs votent bien !
Cette propagande « sur le terrain » en plus des journaux ne sera bien sûr pas comptabilisée dans les comptes de campagne du maire sortant s’il se représente. Sachant les manœuvres actuelles il est fort à parier que le Maire sortant souhaite se succéder à lui-même.
Hors quand on néglige le quotidien car notre Maire à garder malgré son indemnité municipale son emploi à plein temps, et que la priorité de la majorité est la « vente d’un avenir radieux »
Limite de mon droit d’expression.
La suite : http://www.elugaucheblr.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Nouvelle dynamique

POSITIFS, CONSTRUCTIFS, PROCHES DE VOUS 

Des élus proches de vous ?

La Tribune de "Vivons Bourg-la-Reine" (liste de M ; le Maire) du BlR Mag. rappelait l'importance de bien connaitre la ville, et donc d'y vivre. Vrai ! Difficile de représenter les habitants d’une ville où l’on n’habite pas. Mais alors, il faudrait sans doute que les nombreux conseillers municipaux de l’équipe de M. le Maire qui n’habitent pas à BlR rendent leur mandat … ? Au sein de la liste « Une nouvelle dynamique », nous passons la main, toujours à regret, quand nous ne sommes plus légitimes car n'habitant plus la ville. Ainsi, nous remercions à nouveau Bernadette Guénée et Jérôme Fortin, pour leur engagement et le travail accompli. Et bienvenue ! à Marie Broutin et Denis Delrieu qui siègent désormais au Conseil, bien connus à Bourg la Reine pour leurs engagements, notamment en faveur de l'égalité entre les Femmes et les Hommes et du Développement durable, ou au sein d’associations de parents d’élèves.  

Que reste-t-il à la Mairie ?

La rénovation du groupe scolaire de la Faïencerie, indispensable, est désormais un projet du "Grand Paris". En effet, devant les coûts d’un tel projet, M. le Maire a préféré déposer un dossier pour que l’ « éco-quartier » qui prendra la place d’une grande partie de la Faïencerie (école maternelle et élémentaire, crèche, centre de loisirs, logements …) s’inscrive dans le cadre des projets de la métropole. Aucun débat sur ce point en conseil municipal … Ce choix se veut l’assurance d’un projet de qualité signé d’un architecte de renom. Mais cela signifie surtout que la consultation sera aux mains de la Métropole : préparation, étude technique des réponses, négociations avec les cabinets. Seul M. le Maire représentera la Ville, minoritaire face aux Présidents de la Métropole et du Territoire Vallée Sud du Grand Paris. Les connaissez-vous ? Sans doute pas. Autant dire que l’avis des habitants du quartier et de la ville ne seront pas prioritaires, ni même potentiellement entendus.  

Idées nouvelles et critique constructive

Nous proposons de nombreuses idées pour améliorer notre ville, et comme elles sont mûries et constructives, elles sont retenues par l'équipe en place : budget participatif, rue Roeckel piétonne, jardin partagé … Mais nous sommes aussi vigilants, et comme nous habitons et vivons à Bourg la Reine, nous sommes à l'écoute des habitants et défendons leur implication dans les décisions et l'espace publique. Lorsque tout un quartier et les parents d’élèves d’une école s’inquiètent légitimement de l’aménagement d’une caserne avec une sortie de camion pile en face de l’école, il ne se passe … rien. Mais quand une personne juge la présence de bébés et d’enfants en bas âge gênante (sic) au Square Colbert, l’équipement de jeux est fermé illico, puis démonté. L'équipe actuelle a une fâcheuse tendance à limiter le rôle des structures de dialogues institutionnel ou associatif, comme la Caisse des écoles qui permettait de partager les décisions avec les premiers concernés, les parents d'élèves, ou l'AJR dont le rôle risque de diminuer au profit d’agents de la Mairie suite à des décisions en cours, dont le fondement politique n’a jamais été explicité.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous contacter : nous sommes vos élus et nous croyons à l’initiative citoyenne ! Rejoignez-nous !

Pour nous contacter : Email  elusnouvelledynamique@googlegroups.com

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Denis Delrieu, Arnaud Hertz, Florence Maurice, Laure Thibaut

_______________

Renouveau pour Bourg-la-Reine

L’autre majorité.

Le chiffre du mois : 1 / 2

C’est le nombre de groupes de la majorité qui respectent leurs engagements ! De nombreuses décisions prises par Patrick DONATH depuis qu’il est Maire sont en contradiction totale avec les engagements pris aux Municipales de 2014 par MM. CHEVREAU et LOREC au nom de la liste de la majorité « Vivons Bourg-la-Reine ». Forte augmentation des impôts locaux et de la dette de la Ville, travaux incessants, insécurité, densification urbaine inquiétante, projets coûteux, absurdes ou inachevés… : c’est notre qualité de vie à Bourg-la-Reine qui s’abîme petit à petit, sous les coups de boutoirs d’une équipe désorientée, sans idées et sans cap. Eh oui, ce n’était pas le maire prévu au départ... Pour notre part, nous entendons incarner l'autre groupe de la majorité, dans le respect de la parole donnée, au service de nos concitoyens et de leur qualité de vie : moins d’impôts, moins de travaux, plus de services avec, surtout, une meilleure gestion de la Ville. Tout en préparant la relève pour 2020, nous vous souhaitons une excellente rentrée et nous attendons vos idées sur notre website.

Philippe LOREC, Guillaume THYSS - www.renouveaublr.fr

_______________

Tribune de la majorité - Septembre 2018

Idées, compétences et expérience

Depuis début 2018, nous multiplions les échanges et les rencontres avec les Réginaburgiens en privilégiant un contact direct et spontané. Parallèlement aux réunions publiques, nous proposons des réunions « Le Maire à votre écoute », dans les différents quartiers de la ville, afin de venir à votre rencontre, au plus près, accompagnés des délégués de quartiers, relais nécessaires et indispensables.

À ces occasions nous nous sommes aperçus, par vos remarques et interrogations, que la dimension de notre rôle d’élu local n’était pas totalement comprise.

En 2014 vous avez élu une équipe composée de conseillers réellement attachés à Bourg-la-reine, une équipe dévouée, proche de vous, sérieuse et accessible. Nos compétences diverses mais complémentaires nous ont permis de mener à bien de nombreux aménagements tout en gérant le quotidien, et de concrétiser de grands projets sur le plan urbain (réaménagement des rues, place de la Gare, déploiement de la fibre optique) comme sur le plan familial, social et culturel (municipalisation des crèches, îlot Faïencerie, nouveau CAEL, rénovation des immeubles sociaux)

Sous notre impulsion des études sont menées par les services municipaux ou par des spécialistes extérieurs afin de suivre avec attention l’adéquation des prestations et infrastructures au développement, à la modernisation de la Ville et à l’évolution des modes de vie.

Chacun d’entre nous a une grande connaissance de Bourg-la-Reine car notre vie s’y trouve : nos enfants fréquentent les crèches et les écoles, nous avons plaisir à faire nos courses au marché et dans les nombreux commerces de proximité, nous apprécions les restaurants et autres services… Cela signifie que nous sommes en permanence sur le terrain, ce qui est l’essence de la mission d’un élu municipal. Nous pouvons ainsi écouter les habitants au fil de nos rencontres, surveiller les espaces publics pour une plus grande attention et réactivité.

« La critique est toujours plus facile que la pratique »... Mais elle est moins constructive et nos opposants nous en font une démonstration régulière. « Gestion au fil de l’eau, absence de vision globale, des projets ficelés d’avance, une concertation tronquée... ». Cette opposition systématique, dogmatique, parfois incohérente ou mensongère -nous reprochant tour à tour de densifier la ville et ensuite de ne pas encourager la construction de nouveaux logements notamment sociaux- est souvent méprisante, avec toujours les mêmes expressions qu’il ne nous est guère difficile d’anticiper.

Dotés de peu d'idées nouvelles, nos opposants n'hésitent pas à diffuser des inexactitudes involontaires ou voulues notamment en matière financière. Nous sommes accusés de brader le patrimoine ? Nous avons procédé à des acquisitions dans le cadre de nos projets d'avenir. Nous endettons la Ville ? Les emprunts souscrits l’ont été dans le seul but de préparer, à des conditions très avantageuses, les projets à venir. Rappelons qu’en 2017, nous avons signé des conventions de subvention de plus de 12 M€, montant jamais atteint. Dans un contexte de réforme territoriale, de regroupement des collectivités, d’abandon de certaines compétences, de restrictions budgétaires et de désengagement de l’État, nous devons rester extrêmement vigilants sur le rôle d’une ville comme la nôtre qui doit garder son identité et son efficacité.

Quels que soient les échelons administratifs, ce seront toujours les élus municipaux qui recueilleront les demandes et doléances des habitants. Ce sont eux qui seront présents et proches pour, à la fois, informer, rassurer et suivre les dossiers.

Philippe Ancelin, Marjorie Corvée-Grimault, Isabelle Spiers

_______________

Tribunes de l'opposition - Septembre 2018

Bien vivre à Bourg-la-Reine

M. le Maire ne gaspillez pas notre argent !

Un article à rédiger début août pour septembre impossible de prévoir quelle sera l’actualité locale au moment de la parution que dire sinon des généralités ?

Je m’interroge sur l’utilité de Ma Ville au 21e SIECLE Le Maire dispose déjà d’un volumineux magazine mensuel tout à sa gloire de 36 pages dont une seule réservée à l’opposition

Nous considérons que les 35 pages restantes sont amplement suffisantes pour délivrer les informations sur l’évolution de notre ville quel que soit le SIECLE et que la fréquence mensuelle permet une information abondante

Le budget municipal restreint nous impose une gestion rigoureuse des deniers publics et la recherche des économies possibles

J’ai déjà demandé la suppression de cette revue inutile elle se perpétue hélas

L’équipe en place ne va pas dans ce sens Il nous appartiendra le moment venu d’en changer

Henri THELLIEZ

_______________

Citoyen à Bourg-la-Reine

Bonne rentrée à tous ou presque

Presque tous car même dans notre ville des citoyens et leurs enfants ne partent pas en vacances durant les mois de juillet et d’août.
Bon nombre ne restent pas pour faire des travaux dans leurs maisons, mais bien parce les vacances ça coutent chères quand on n’a pas de patrimoine à la mer, à la montagne ou à la campagne. Car bien évidement bas salaire rime avec absence de patrimoine.
Il fut un temps ou notre ville avait un centre de loisirs décentralisé à Marcoussis (91) appelé « La Ronce ». Ce centre, outre les mercredis, pouvait durant les vacances scolaires héberger des enfants pendant plusieurs jours sous des toiles de tente. La majorité a vendu ce bâtiment trouvant qu’il ne correspondait aux besoins de la ville…
Limite du nombre de caractère de mon droit d’expression.
La suite : http://www.elugaucheblr.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Nouvelle dynamique

Pour une rentrée citoyenne

Septembre est le moment idéal pour les changements et les bonnes résolutions ! Qu’êtes-vous en droit d’espérer de votre Mairie ?

AVOIR UN CAP, UNE VISION PARTAGÉE

A nos demandes répétées d'anticipation et de gestion prévisionnelle, M. le Maire répond toujours : "On suit le programme". Quel programme ? Celui écrit il y a 4 ans par un Maire démissionnaire et dont le corédacteur est aujourd'hui dans l'opposition ? La plupart des prétendus "projets d'envergure" de la ville sont des projets du Département, de la Région ou de la Ville de Paris (voire de notre équipe, comme par ex. le budget participatif). Et chaque projet soulève son lot d'opposition légitime des habitants, par manque de concertation, mais surtout de clarté ! La volonté de concertation affichée ne fonctionne pas : les demandes des habitants ne sont pas respectées ; pire, le projet est modifié dans un tout autre sens, sans nouvelle concertation … Au lieu d’un vrai travail en commun, pertinent et efficace, c’est la méfiance qui s’installe.

PROFITER DE LA VIE À BOURG LA REINE

N'ayant pas de programmation budgétaire pluriannuelle, l'équipe en place n'a pas de cap financier non plus. Vous l'avez expérimenté directement : pour la première fois depuis 2011, les impôts locaux ont augmenté, contrairement aux promesses de campagne. C’est parfois nécessaire, pensez-vous, pour avoir plus de solidarité, de culture, un meilleur environnement, la sécurité, un dynamisme commercial et entrepreneurial. Mais ce n’est pas le cas, ces sujets très importants sont traités au fil de l'eau, voire délégués aux autres acteurs de la ville (les associations). Depuis des décennies, les décisions d'urbanisme ont transformé Bourg la Reine en ville dortoir, sans entreprises ni emplois : il faut souffrir le RER B ou les embouteillages pour aller travailler. Augmentation des impôts locaux, taux d’endettement inquiétant : une nouvelle fois, la conséquence d’un manque de gestion prévisionnelle. Que l’équipe en place énonce clairement sa politique ! C’est une urgence, et une exigence démocratique.

UN TRAVAIL D’ÉQUIPE

Vous êtes en droit d'espérer que votre Maire, ses adjoints et son équipe de conseillers municipaux travaillent ensemble. C'est malheureusement de plus en plus difficile : dès les élections, il y avait déjà deux groupes, et en juin, un 3e groupe s’est créé, à la suite de l'éviction rocambolesque du 1er Maire adjoint (désigné par le Maire de l'époque comme son dauphin), ce qui donne une « majorité » très divisée, et qui repose sur un socle électoral de plus en plus mince. Face à ce manque de perspective et ce gâchis de compétences et d’énergie, faites entendre votre voix : nous sommes vos élus, nous portons des idées et des projets en concertation avec vous. En cette rentrée, notre équipe a le plaisir d’accueillir deux nouveaux élus, Marie Broutin et Denis Delrieu, bien connus pour leur engagement sur la ville. Nos chaleureux et amicaux remerciements vont à nos collègues Jérôme Fortin et Bernadette Guénée, pour tout ce qu’ils ont apporté durant leurs années de mandat.

Vous avez des idées, des projets, des informations à partager, envie de participer ? Rejoignez-nous et ensemble portons une vision différente de la politique et une véritable ambition pour notre ville.

Bonne rentrée à tous !

Pour nous contacter : Email  elusnouvelledynamique@googlegroups.com / page FB Elus Nouvelle Dynamique BlR

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Jérôme Fortin, Arnaud Hertz, Florence Maurice, Laure Thibaut

_______________

Renouveau pour Bourg-la-Reine

Une majorité divisée et démobilisée.

Le chiffre du mois : 11 / 23

C’est le nombre d’élus de la majorité présents aux 2 derniers conseils municipaux ! Quelle image désastreuse de la majorité ce 27 juin 2018, lors du dernier conseil municipal : seulement 11 conseillers du maire présents pour voter le compte administratif de la ville, obligeant son annulation faute de quorum !!

Le débat public national est en pleine mutation mais pas à Bourg-la-Reine. On continue avec les mêmes vieilles méthodes … « ils paieront bien » … Et bien non, il faut que cela change ! Certes, on pourrait s’habituer aux impôts qui augmentent, aux projets mal ou pas gérés (autolib, vélib, caserne des pompiers, etc…), aux conseillers délégués virtuels, habitant à plusieurs centaines de kilomètres de notre Ville mais rémunérés chaque mois pour s’assurer de leur vote… Eh bien, non. Nous pensons que les élus sont là pour servir, pas pour se servir. Il faut redonner une place centrale à la politique et au dialogue dans notre Ville, avec écoute et respect de chacun. En tant que 2nde  liste de la majorité, c’est à cela que nous souhaitons nous atteler. Avec vous.

Philippe LOREC, Guillaume THYSS

www.renouveaublr.fr