Hommage à Samuel Paty : discours et images

> Retour à la liste

Vie municipale & citoyenne

Mercredi 21 octobre, Bourg-la-Reine a rendu hommage à Samuel Paty, enseignant assassiné vendredi dernier lors d'une attaque terroriste.

Dans la cour de l'école République, le maire, Patrick Donath, les élus de la Ville et de nombreux Reginaburgiens étaient présents pour participer à cette minute de silence et affirmer leur engagement pour la liberté et l'unité de tous face à l'obscurantisme.

Retrouvez l'intégralité du discours prononcé à cette occasion...

21

Mesdames et Messieurs les élus, 

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour honorer la mémoire de Samuel Paty, enseignant d’histoire géographie au collège de Conflans-Sainte-Honorine.

Monsieur Paty a été sauvagement décapité par un jeune musulman radicalisé à la suite d’un cours sur la liberté d’expression ayant comme sujet les caricatures de Charlie Hebdo.

Après la liberté de dessiner, c’est donc la liberté d’enseigner que le terrorisme islamiste entend maintenant réprimer en France.

Il s'agit d'une nouvelle attaque à notre liberté de conscience, à notre République.

J’ai souhaité que nous nous retrouvions ce soir, dans un temple de l’enseignement et dans celui de notre ville qui s’appelle justement l’école République.

Car, à travers le meurtre atroce de Samuel Paty, c'est l'institution de l'éducation nationale qui est attaquée et tout ce qu'elle porte avec elle,
émancipation, culture et élévation commune.

Ce sont les professeurs qui sont attaqués.

Ceux-là même qui enseignent

  • La liberté d’expression
  • La liberté d’être informé
  • La liberté de penser
  • La liberté de mettre en doute
  • La liberté de croire et de ne pas croire

En résumé, ceux-là même qui font de nos enfants des citoyens libres.

Samuel Paty est mort pour l’amour de la liberté et le respect des autres.

Le savoir libère, l’ignorance opprime.

Les enseignants sont des missionnaires républicains.

Leur vocation résistera à cette atrocité et ils continueront à porter l'idéal de la France.

16

Aujourd’hui, nous sommes tristes mais nous n’avons pas peur.
Nous n’avons pas peur d’assumer la liberté qui est la nôtre.
Nous n’avons pas peur de continuer l’instruction civique et républicaine de la jeunesse de France.

Nous n’avons pas peur car nous savons que notre combat est juste et qu’il triomphera.
Parce qu’il ne peut que triompher.

La République ne peut faillir contre le terrorisme.

Je veux garantir ici que nous, élus, sommes déterminés à faire face et à continuer à porter l’étendard de la République partout.

Le travail de conquête n’est pas mince : l’école d’abord, la sécurité de tous et la cohésion de la Nation.

Le chantier qui s’amorce est le nôtre, celui de nous tous.

Alors aujourd’hui, faisons bloc, restons unis par les mêmes valeurs et n’oublions pas ceux qui sont tombés.

Je vous invite à vous recueillir.

Poème dessin

Acrostiche réalisé par Chloé et Denise, 10 ans, école Faïencerie