Biographie de Xavier Gallais

Comédien et metteur en scène français Xavier Gallais a été formé par Daniel Mesguich au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris où il enseigne depuis 2013. 

27-Xavier Gallais ©DR

Sa carrière est d’une richesse exceptionnelle.
En 2004, il obtient le Molière de la Révélation Théâtrale Masculine pour la pièce Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès et en 2007 le Raimu du meilleur acteur dans une comédie de Woody Allen.
Il a adapté ou mis en scène de nombreuses œuvres littéraires et a joué au théâtre plus d’une trentaine d’auteurs de Eschyle à Jean Genet interprétant les plus grands rôles classiques comme Cyrano de Bergerac, Roméo, Ruy Blas, Tartuffe, Oblomov… et, à l’opéra, notamment, avec l’Orchestre Philharmonique National de Barcelone aux côtés de Marion Cotillard dans Jeanne d’Arc au Bûcher de Paul Claudel.
Jacques Weber, Olivier Py, Macha Makeïeff, Arthur Nauzyciel, Michel Fau… le dirigent dans leurs différentes productions.
S’il participe à des créations dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes au festival d’Avignon : en 2012 il est ainsi Tréplev dans La Mouette et en 2014 le Prince de Hombourg, 60 ans après Gérard Philipe, il tourne aussi pour le cinéma et la télévision sous la direction des meilleurs réalisateurs.
Depuis 2013, Xavier Gallais approfondit sa recherche sur le jeu de l’acteur dans sa classe au CNSAD où il enseigne l’interprétation.
En 2020, il a cocréé La Salle Blanche : une école d’acteur novatrice qui unit l’audace de l’expérimentation à la rigueur de l’analyse.
Spécialiste de la lecture publique, l’artiste participe à de nombreux festivals comme les Correspondances de Manosque, le Nobel au théâtre de l’Œuvre, les Journées Marcel Proust de Cabourg, et à de non moins nombreux enregistrements, pour France Culture avec Blandine Masson, ou pour France Inter avec Guillaume Gallienne.

Il joue dans des spectacles-lectures salués par la critique (Marcel Proust à la Comédie des Champs-Elysées avec Bernadette Lafont et Robin Renucci ; Faim de Knut Hamsun au théâtre de la Madeleine, université de Princeton, Lucernaire ; Le Fantôme d’Aziyadé, d’après Pierre Loti).