Tribunes

Tribune de la majorité - Septembre 2021

De l’unité et de l’action

Cet été, le Président de la République a instauré le passe sanitaire. Nous étions alors un des premiers pays du monde à mettre en place des restrictions pour les personnes non vaccinées. De nombreuses manifestations ont eu lieu, partout en France, pour dénoncer un «apartheid », ou encore l’instauration d’une « ségrégation ». Si nous condamnons fermement ces propos, nous soutenons fermement l’accélération donnée par le gouvernement pour la vaccination et le passe sanitaire.

Il est toujours bon de rappeler que la crise sanitaire actuelle est la plus grave que nous traversons depuis plus d’un siècle, que, n’en déplaisent aux complotistes, le virus est bien réel et il a fait plus de 110 000 victimes fatales rien qu’en France au moment où nous écrivons ces lignes. Notre liberté est conditionnée par l’engagement de chacun. Faire société, c’est également agir quand cela est nécessaire pour le bien commun. Aujourd’hui, la crise sanitaire rend nécessaire ce geste citoyen, celui de la vaccination. A l’heure où tous s’autoproclament experts sur les réseaux sociaux, ayons le recul d’écouter les scientifiques qui travaillent sans cesse pour notre bien.

Comme dans toute gestion de crise, il y a des erreurs. Il y a des incertitudes. Il y a des manques.

Néanmoins, c’est la première fois dans l’histoire que l’humanité relève un tel défi sanitaire et propose un vaccin si rapidement. Moins d’un an pour aboutir à plusieurs vaccins dont l’efficacité atteint 95 % contre les formes graves du virus (75 % environ contre la contamination) ! C’est une prouesse scientifique, technologique et humaine.

Au niveau local cet été, le Préfet des Hauts-de-Seine a souligné l’exemplarité de l’action de la Ville de Bourg-la-Reine devant l’ensemble des maires des Hauts-de-Seine, tant sur la prévention et le traitement des clusters apparus sur la Ville qu’en terme d’engagement pour l’information des citoyens et d’aide pour la vaccination. Les séances de dépistage, les masques distribués quand ils n’étaient pas disponibles largement, le développement de la vaccination avec nos villes voisines et amies, vaccination éphémère sur nos événements… Tant d’actions qui ont pu vous permettre de vous protéger, vous et vos proches.

Vous avez également été largement mobilisés sur ce terrain avec le réseau d’entraide et d’écoute solidaire constitué lors du premier confinement et toujours en activité aujourd’hui. Nous vous en sommes profondément reconnaissants et demeurons émus de cet élan solidaire réginaburgien.

Il est maintenant de notre responsabilité à tous de prendre les mesures pour stopper l’épidémie avec les outils en notre possession. Il est de notre responsabilité de nous protéger, nous et nos proches. Il est de notre responsabilité de permettre au pays de redémarrer complètement.

La pandémie n’est malheureusement pas encore terminée, nous l’avons vu cet été avec le variant Delta. Cependant, nous avons les moyens d’agir avec pragmatisme.

De nouvelles actions seront conduites, en particulier en direction de nos enfants, lors de cette rentrée.

Alors agissons, ensemble.

_______________

Tribunes de l'opposition - Septembre 2021

La Ville en partage

Non à une ville à deux vitesses !

Nous vous souhaitons ainsi qu’à vos enfants une bonne rentrée ! En ce début d’année scolaire, qui se déroule à nouveau dans un contexte incertain et difficile pour beaucoup, nous formulons le souhait que l’intégration des habitants de tous les quartiers à la vie communale devienne enfin une priorité pour la mairie.

Les incidents très graves survenus en mai dernier aux Blagis (quartier situé à la fois sur Bourg-la-Reine, Bagneux, Fontenay-aux-Roses et Sceaux) ont incité les quatre maires à travailler à un plan d’action commun : enfin !

Mais la politique sécuritaire et défensive de la majorité (armement de la police municipale, toujours + de caméras) ne suffira pas à construire un vivre-ensemble garant d’un environnement apaisé. Nous réclamons depuis longtemps pour ce quartier : la présence renforcée des services publics (maintien du bureau de poste), un accompagnement éducatif et social, l’accès au logement, à l’emploi et la culture ; une police de proximité mais aussi des animateurs et éducateurs, des moyens accrus pour les associations qui y œuvrent ; et côté Bourg-la-Reine : un véritable projet pour la maison de quartier du Trois mâts.

Au lieu de tout concentrer en centre-ville (nouveau bâtiment du CAEL, Maison France service, pôle information jeunesse, aménagements urbains, nettoyage et fleurissement des rues) il est temps de partager la ville sans injustices entre les quartiers et leurs habitants, et de prendre en compte les besoins de tous - et notamment des habitants du quartier des Bas coquarts (qui ne pourront être satisfaits par la seule réhabilitation du complexe sportif). Nous connaissons depuis des années les risques de la relégation !

Et dans le contexte de crise sanitaire et sociale, une attention particulière doit être portée aux familles en difficulté. Comment justifier par ex. que les bourses communales n’aient même pas été revalorisées en cette rentrée scolaire ?

Limités dans notre expression dans ce magazine comme en Conseil municipal, nous vous invitons à consulter notre page fb et notamment à prendre connaissance des échanges que nous avons eus avec les jeunes de ce quartier, révélateurs de leurs attentes et de la non-prise en compte de leurs besoins.

C.Bonazzi, M.Broutin, M.Cœur-Joly, A. Del, P.A.Hauseux, F.Maurice. Contact : elus@blr-lavilleenpartage.org. Page fb @laVilleenpartage

_______________

Se Rassembler pour Bourg-la-Reine

Une rentrée rassembleuse

Cette tribune est écrite fin juillet pour une publication début septembre. Elle sera toutefois d’actualité car nous savons tous quels sont les désaccords - voire les refus - que nous avons avec les projets de la majorité.

Pour commencer, le projet « Faïencerie » est présenté comme un éco-quartier. Mais comme le démontrent les documents disponibles sur notre site, c’est en réalité un projet de densification supplémentaire dans notre ville.

Nous avons ensuite l’application du PLU sur le terrain du ex-Futur CAEL. Pour mémoire, la majorité a imposé entre le POS du début des années 2000 et le dernier PLU, des hauteurs de constructions en zone pavillonnaire entre 11 mètres et 13 mètres. Tout ceci bien entendu sans consultation…

Limite du nombre de caractères de mon droit d’expression
La suite : http://www.BLR2026.fr/

Jean-Pierre LETTRON

_______________

Tribune de la majorité - Juin 2021

Écologie : l'essentiel ou l'accessoire ?

Le respect de l’environnement s’est imposé à tous comme une priorité absolue pour la préservation de notre planète. Si les sujets environnementaux sont l’affaire de tous, indépendamment des couleurs politiques, encore faut-il ne pas se tromper de bataille.

Alors que les Verts s’illustrent par des déclarations parfois cocasses contre les sapins de Noël, le Tour de France, les aéroclubs, les rêves d’enfants et les « boomers », pour ne citer que les plus récentes, les responsables politiques pragmatiques de tous bords travaillent et préfèrent l’écologie de l’action à celle du verbe, l’essentiel à l’accessoire.

Certes, les résultats se mesureront sur le temps long mais les actions sont engagées. Partout en France, des projets durables voient le jour dans tous les domaines, de la préservation de biodiversité à la réduction de l’empreinte carbone des bâtiments, du développement des mobilités douces au soutien aux initiatives citoyennes.

Les responsables pragmatiques ne croient pas détenir la vérité absolue et favorisent le débat démocratique. À Bourg-la-Reine, il est à l’œuvre depuis plusieurs années et la population a été - et sera - associée aux grands projets d’amélioration de notre cadre de vie. C’est par de tels projets que se met en place une écologie active et efficace.

Nous étions parmi les premières villes à abandonner tout produit phytosanitaire, ce qui nous vaut le label Terre saine et nous sommes la seule ville du territoire à l’avoir obtenu. Nous étions parmi les premières villes à adhérer au dispositif ZFE (zone à faibles émissions à l’intérieur du périmètre de l’A86). Nous adhérons au défi Zéro déchet, nous favorisons l’installation de jardins partagés qui rencontrent un grand succès, nous augmentons de 50% les sommes allouées au budget participatif, nous rendons possibles le rechargement des véhicules électriques et les déplacements sécurisés à vélo, dans toutes les rues de notre ville. L’abri Véligo de la place de la gare répond au besoin de sécurité et permet le développement de l’usage du vélo dans la ville. Pour poursuivre cette démarche, une troisième station Vélib’ sera créée au sud de Bourg-la-Reine.

Nos ambitions visent l’essentiel et non l’accessoire : la demande de label « écoquartier » du Ministère de la Transition écologique pour le projet du quartier Faïencerie a reçu le meilleur accueil. La concertation menée en 2019 et la création d’un nouvel espace vert sont saluées comme remarquables. Quoi qu’en disent certains élus verts locaux... Nous réaliserons prochainement un Atlas de la biodiversité en lien avec l’Office français et l’Agence Régionale de la biodiversité. Il recensera la faune et la flore de notre ville puis proposera des solutions concrètes pour permettre aux habitants de les connaître et les protéger. Et là encore, nous serons la première ville du territoire à en disposer. Dans cette logique de réintroduction de la nature en ville, nous travaillons à la désimperméabilisation d’une partie du boulevard Carnot. Ce sont des travaux de fond reposant sur des diagnostics fiables qui visent l’essentiel et non l’accessoire. Et nous constatons tous les jours que les habitants soutiennent ces actions efficaces et pragmatiques, loin des idéologies et des gesticulations. L’urgence environnementale à laquelle nous sommes tous confrontés ne saurait s’en satisfaire.

La majorité

_______________

Tribunes de l'opposition - Juin 2021

La Ville en partage

Élus et riverains écartés des projets

Au cours des 12 derniers mois, les élus de La Ville en partage ont été destinataires de messages à propos de divers projets municipaux...

Leurs rédacteurs viennent vers nous, car ils espèrent savoir ce qui se trame sous leurs fenêtres Faïencerie, Villa Maurice, rue de la Bièvre, avenue du Château, 5G, en sont quelques exemples.

Pour chaque projet, quel que soit sa taille et son impact, un déroulement identique est mis en place par la majorité : Une première réunion est organisée, à bas bruit, on fait en sorte que quelques personnes bienveillantes y participent, les critiques sont notées, le dialogue promis ...

Pour quelques rares projets, la discussion viendra en conseil municipal. On nous y dira : « nous avons écouté tout le monde », même si le même monde affirme ne pas avoir été écouté.

Qu’importe « il faut avancer », quoi qu’il en coûte, quelques soient les avis et propositions alternatives le projet sort, « et ce sera ainsi »

Pour la Faïencerie, pas de débat en CM. Pendant ce temps, les riverains, organisés en associations (environ 50 familles), impriment des tracts et pensent pétition face à la surdité de la Mairie.

Pour que les choses se fassent dans l’intérêt de tous le bon sens serait de travailler avec et non en oubliant la population, d’utiliser ses connaissances et compétences. La concertation doit porter sur les objectifs, pas sur les détails techniques, les projets doivent s'inscrire dans une politique d'ensemble énoncée clairement, lisible. Assise sur l’analyse des besoins et attentes de la population, cette politique et ces pratiques permettent à un pouvoir majoritaire de justifier ses priorités. Les réginaburgiens doivent être mieux écoutés ! La démocratie participative ne peut être réduite à quelques mesures marginales !

Ayant un espace limité pour nous exprimer, cette tribune est complétée sur @laVilleenpartage par :

  • Une analyse de la programmation du projet Faïencerie et d’un appel à propositions de projets alternatifs pour que les enfants y soient réellement prioritaires
  • Des échanges d’avis reçus à propos de l’ouverture de la Maison France Services
  • Une réponse de la Mairie et un avis de l’ANSES sur le développement de la 5G

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Marylène Cœur-Joly, André Del, Pierre-Alain Hauseux, Florence Maurice.

Mail : elus@blr-lavilleenpartage.org

Page fb @laVilleenpartage

_______________

Se Rassembler pour Bourg-la-Reine

Le fait du prince

En tant qu’élus d’opposition, nous faisons à nouveau les frais des envies du maire. Les commissions précédant les Conseils Municipaux, déjà réduites à une portion congrue (puisque réduites à 3), se voient à nouveau amputées de leur légitimité. En début de mandature, le maire nous a rappelé que ces Commissions, bien qu’établies depuis longtemps dans le paysage démocratique français, n’étaient pas obligatoires. Établissant, de fait, que selon son bon vouloir, il pourrait ne pas les maintenir. Aujourd’hui, nous avons reçu un courrier, indiquant, que ces réunions, pour un côté pratique, se tiendraient la semaine précédant le Conseil Municipal, et qu’aucun compte-rendu n’en serait fait. Quelles sont les motivations d’une telle décision ? À n’en point douter la pertinence de nos remarques et propositions qui très régulièrement, amènent de vraies solutions. Hasard ou coïncidence du calendrier ? Cette décision arrive au moment du changement de Directeur Général des Services ! Un moyen de marquer son territoire ? Décision pratique pour la majorité, mais absurde pour les Réginaburgiennes et Réginaburgiens.

Claude Fernandez, Se Rassembler pour Bourg-la-Reine