Tribunes

Tribune de la majorité - Octobre 2020

UNE POLITIQUE DE TESTS UNIQUE EN ÎLE-DE-FRANCE

Habituel baromètre du climat social en France, la 8e édition de l’enquête nationale sur les « Fractures françaises » a révélé les principales préoccupations des Français en 2020. Sans surprise, l’épidémie de COVID-19 arrive largement en tête des priorités avec 49 % des résultats. Dans ce contexte, « les Français demandent à leurs dirigeants une meilleure protection ». Anticipant sur une circulation active du virus dès cet été, la Ville a systématisé une politique de tests qui n’a aucun équivalent en Île-de-France. En l’espace de 4 mois, 5 séances de dépistage ont déjà été organisées, avec le souci constant de donner la priorité aux personnes les plus exposées. Ainsi, en juin dernier, une centaine de soignants ont pu bénéficier des premiers tests sérologiques disponibles sur le marché. Quelques jours plus tard, tous les élus, agents et assesseurs des bureaux de vote ont été testés, afin d’assurer la bonne tenue du scrutin des élections municipales.
Le 11 août, un barnum pour tests PCR a été installé devant l’espace Kessel. Nous avons ainsi permis à 120 parents et enfants d’être testés, suite à la découverte de cas positifs la semaine précédente au centre de loisirs Faïencerie.

Fin août, le dispositif a été étendu à l’ensemble des Réginaburgiens. Cette quatrième campagne de dépistage gratuite a offert à plus de 1 030 habitants un premier diagnostic immunitaire. Enfin, grâce à un partenariat avec le Conseil Régional, la Ville va proposer à la mi-septembre un double dépistage inédit, cumulant tests sérologiques et tests PCR. Alors que certains cas se déclarent dans les écoles de la Ville, de nombreuses familles pourront être testées en urgence, sans attendre le délai habituel de 7 à 10 jours. Une réactivité fortement appréciée, qui rappelle la distribution des 42 000 masques, au sortir du confinement.

La seconde leçon de cette étude est l’inquiétant niveau de défiance des Français face au personnel politique. Si le constat est connu de longue date, l’omniprésence des médias et l’hyper réactivité des réseaux sociaux ne font qu’amplifier cette tendance. Preuve en est avec ce chiffre particulièrement préoccupant en 2020 : « un cinquième des Français juge que le recours à la violence peut être justifié ». A Bourg-la-Reine ce phénomène est principalement l’œuvre de quelques personnes, essentiellement sur les réseaux sociaux, qui refusent systématiquement et par dogmatisme, d’accorder le moindre crédit à l’action municipale. En temps de crise - et nous y sommes - nous devons plus que jamais rester unis. Pour créer les conditions de la confiance, la Ville a multiplié les communications sur la situation sanitaire, tout en menant de nombreuses actions sur le terrain. Ces vidéos, ces numéros spéciaux, ces communiqués ou ces points de situation prouvent notre attachement à la transparence de l’action. Dans les prochaines semaines, nous continuerons à tenir nos engagements dans ce domaine en lançant le Comité de suivi du projet de l’écoquartier de la Faïencerie.

Dans cette fenêtre de l’Histoire qui privilégie la vindicte et les jugements hâtifs, notre responsabilité est de valoriser la nuance, de saisir le réel dans ses contradictions, en privilégiant le calme, le respect de chacun et la maîtrise de soi. C’est ainsi que nous pourrons réussir tous ensemble !

La Majorité

_______________

Tribunes de l'opposition - Octobre 2020

La Ville en partage

Face A / Face B : la politique à 2 faces

La politique à Bourg-la-Reine est comme un disque vinyle, avec une Face A : le discours et les belles photos, et une Face B : la réalité.

Face A : Covid gestion de crise exemplaire / Face B : défaut d’information des équipes en 1ere ligne

Face A : en août dernier, 4 cas Covid+ au centre de loisirs Faïencerie. « J’ai monté immédiatement une cellule de crise » dit M. le Maire dans son édito. Face B : la Mairie omet de prévenir les agents en 1ere ligne (ATSEM, animateurs), ne propose pas de tests au retour des congés, et les laisse tout simplement reprendre leur service auprès des enfants. La situation étant complexe et évolutive, il faut prioriser les agents au contact des populations, et clarifier les processus de décision.

Face A : soutien aux associations / Face B : manque de neutralité

Face A : la Mairie soutient les associations locales, leur donne de la visibilité au forum annuel et dans le magazine. Face B : un article du n° de septembre (juste avant les élections des Parents d’élèves) s’enthousiasme de la création d'une association locale de parents d'élèves : « votre nouvelle association référente » (sic). La neutralité, une information complète imposeraient de citer l’existence des autres fédérations de parents également présentes sur la ville et ayant une représentativité nationale, comme la FCPE et la PEEP.

Face A : la démocratie participative / Face B : décisions fondamentales sans débat ni mandat

Face A : M. le Maire affirme décider dans une transparence démocratique. En campagne, il annonçait même un forum citoyen, aujourd’hui reporté.
Face B : des décisions graves sont prises en catimini. Le 26/05, M. le Maire, qui n’est pas encore ré-élu, signe une convention organisant les forces de sécurité entre les Polices municipales et nationales, et permettant de doter la Police municipale d'armes « létales » (9 mm). Cela aurait mérité réflexion et débat : pourquoi et pour quel usage faut-il aujourd’hui armer les agents de notre Police municipale, « gardienne de la paix » ? Comment en sommes-nous arrivés à ce que la Police nationale, diminuée de 11000 postes sous N. Sarkozy, ne puisse plus assumer son rôle ?

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Marylène Cœur-Joly, André Del, Pierre-Alain Hauseux, Florence Maurice

Nous contacter : elusLVEP@framalistes.org. Page fb @laVilleenpartage

________________

Se Rassembler pour Bourg-la-Reine

Où est Charlie ?

C’est la question qu’on peut se poser concernant les effectifs de sécurité dans notre ville.

Depuis plusieurs mois, notre ville est l’objet d’un ciblage particulièrement fort de la part des délinquants.
De nuit comme en plein jour, les agressions et vols se multiplient, tant sur les biens que sur les personnes.
Effractions de véhicules dans des parkings de résidences, vols de colis dans des boites aux lettres, vols à l’arrachée de colliers, sans compter les vols commis dans plusieurs pharmacies et l’augmentation des incivilités.
Les effectifs de la Police Nationale semblent mobilisés sur d’autres objectifs. Les horaires ainsi que les effectifs de notre Police Municipale ne leur permettent pas d’intervenir rapidement.
Il en est de même pour la lutte contre les nuisances. Entre celles liées aux multiples chantiers (volontairement mis entre parenthèses durant la campagne électorale), les rodéos nocturnes sur la RD920, le non-respect des signalisations par les deux roues, il est temps de trouver où Charlie se cache non ?

Claude Fernandez – Conseiller Municipal Se Rassembler pour Bourg-la-Reine