Tribunes

Tribune de la majorité - Avril 2021

Restons unis face à la crise

À l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation de l’épidémie de Covid-19 en Île-de-France fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale. Un possible reconfinement restrictif est devant nous avec, à la clé, fermetures massives de commerces, et peut-être d’écoles.

Si la situation en France est alarmante, nous voulons insister sur la solidarité nationale qu’a connu notre pays au travers de cette crise. En premier lieu, l’État a pris ses responsabilités : le déploiement du chômage partiel pour les salariés, les aides aux indépendants, les reports de charges pour les entreprises, les prêts garantis etc. Le système est certainement perfectible mais il est cependant beaucoup plus inclusif que celui d’autres pays (en Allemagne par exemple, les tests PCR ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale). À cela s’ajoutent toutes les volontés qui se sont développées durant la crise : les élus locaux, en particulier les Maires, mais aussi les élus départementaux et régionaux, ont su apporter, dans l’improvisation, une assistance aux populations en détresse et proposer au Gouvernement des pistes d’actions de prévention (sessions de dépistages, installations de centres de vaccination).

Les citoyens aussi ont eu l’occasion de s’engager, au service des autres, dans le sens d’une large solidarité. À Bourg-la-Reine spécifiquement, ce sont des courses livrées chaque jour aux personnes isolées ou craignant pour leur santé, ce sont des appels quotidiens aux personnes âgées qui souffrent de la solitude, ce sont des collectes solidaires pour les plus démunis.

Pour tout cela, nous souhaitons vous remercier. Nous souhaitons saluer la formidable union trouvée à travers la rudesse de la crise. Nous souhaitons célébrer les liens tissés des uns envers leur prochain. Si cette crise nous aura appris quelque chose, c’est que l’espoir se trouve dans l’effort commun. Le covid-19 est un dur rappel de l’importance du civisme, de l’engagement citoyen auprès d’autrui.

Nous avons été au rendez-vous, ensemble.

Demain, il nous faudra nous remémorer ces moments. Ils nous faudra rappeler la dévotion des soignants, mais aussi des agents publics, des commerçants, des bénévoles… de tous ceux qui ont fait le vivre ensemble dans une période où, pour préserver la vie, il fallait distendre les liens.

Quand, grâce aux vaccins, tout sera fini, il nous faudra aussi savoir fêter la fin d’une période terrible. Il nous faudra retrouver confiance en l’avenir, forts des liens créés, de l’expérience acquise et du sens commun retrouvé.

Alors, ne relâchons pas nos efforts. Ensemble, continuons à appliquer les gestes qui nous protègent. Ainsi, c’est ensemble que nous célébrerons l’après.

_______________

Tribunes de l'opposition - Avril 2021

La Ville en partage

Nos questions dérangent-elles ?

Dans sa Tribune de mars, la « Majorité » se livre à une attaque violente et tous azimuts des élus de l'opposition.

Les réginaburgiens méritent mieux et la situation impose un climat de travail serein : en démocratie, la politique n’existe pas sans débat.

Laissons ces « remontrances » et autres propos outrés à leurs anonymes auteurs, et poursuivons plutôt la mission donnée par nos électeurs : faire entendre leur voix, poser des questions pour comprendre, nous opposer parfois, proposer toujours.

Nous nous interrogeons notamment sur :

  • l'annulation de la commission éducation, social, sports, petite enfance, citoyenneté, jeunesse, « aucun sujet n’étant à inscrire à l’ordre du jour ». La crise sanitaire frappe les écoles et les personnes les plus précaires, mais il n’y aurait rien à instruire et à discuter au prochain conseil municipal ?
  • le maintien du simulacre de dialogue sur le projet Faïencerie : les riverains du quartier ont dû créer une association pour tenter de se faire entendre et faire part publiquement de leur inquiétude (@AvenirdelaFaïencerie, sur fb)
  • les priorités budgétaires obscures. Par ex. : un budget pour l'équipement de vidéo-sécurité d'une trentaine de domiciles mais refus d’une subvention supplémentaire pour une association œuvrant pour les plus démunis !
  • un programme environnemental parcellaire, appuyé sur les actions d’associations via le budget participatif, et le maintien à l’identique de travaux RD 920 pensés il y a 10 ans, sans intégrer l’urgence climatique.
  • la vague actuelle de départs de cadres municipaux responsables et compétents.
  • la différence de traitement du quartier des Bas coquarts (l’av. de Montrouge la plus sale et la moins nettoyée de la  ville, la résidence La Fayette abandonnée par son bailleur Hauts de Seine Habitat, le Trois-mâts à nouveau sans direction…)

Dire et redire, poser des questions, défendre les réginaburgiens … c’est pour cela que vous nous avez élus. Et comme le dit La Fontaine :

« Le monarque prudent et sage,

De ses moindres sujets sait tirer quelque usage,

Et connaît les divers talents,

Il n'est rien d'inutile aux personnes de sens. »

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Marylène Cœur-Joly, André Del, Pierre-Alain Hauseux, Florence Maurice. Contact : elus@blr-lavilleenpartage.org. Page fb @laVilleenpartage

_______________

Se Rassembler pour Bourg-la-Reine

12 ans !

Il aura fallu 12 ans pour que la majorité entende la demande de Laure Thibaut, colistière de la liste Se Rassembler pour Boug la Reine.

12 ans pour « comprendre » !

12 ans pour accepter qu’une proposition de l’opposition peut être bonne pour la ville !

12 ans pour, enfin, annoncer la mise en place d’un plan pluriannuel d’investissements !

Alors, à quoi sert ce plan ? Il sert à arrêter de naviguer à vue et d’avoir une projection sur 5 ans des investissements nécessaires à la vie de notre commune.

Il était temps !

Mais force est de constater, que lors du Débat d’Orientation Budgétaire, ce plan n’était pas effectif.

À noter, déjà un dérapage de plus de 75000 € sur le projet du gymnase des Bas-Coquarts, avec un retard prévisible déjà de plusieurs mois dans le rendu. Et des frais d’études, d’appel à des cabinets extérieurs, toujours non quantifiés et non justifiés auprès du Conseil Municipal.

Alors poudre aux yeux ?

Nous serons vigilants.

Claude Fernandez, Conseiller Municipal Se Rassembler pour Bourg la Reine

_______________

Tribune de la majorité - Mars 2021

Nous sommes désolés

À l’heure où nous écrivons ces lignes, la France dénombre déjà plus de 80 000 décès des suites de la pandémie. Bien entendu, cette situation préoccupante nous oblige à prendre des décisions rapidement et intelligemment, afin de pallier les urgences qui se présentent mais aussi de mettre en place des actions pérennes (réseaux d’écoute et d’entraide, accompagnement des personnes âgées aux centres de vaccination, etc.) campagne de tests dans les écoles. En dépit de cette réalité, nous sommes désolés de vous apprendre que les oppositions municipales ont choisi le mauvais combat.

Vous en avez certainement assez des jérémiades poussées par des opposants dont l’ego n’a d’égal que la critique permanente. Nous aussi ! Revenons sur quelques déclarations qui, avouons-le, nous ont marqué par leur inexactitude et leur petitesse.

Le représentant de la liste d’opposition Se Rassembler pour Bourg-la-Reine a un grand fantasme : la sécurité. Dans son rêve orwellien, chaque Réginaburgien est accompagné, pisté, surveillé par un policier municipal dans une ville sombre qui serait livrée à la violence des gangs. Or, le sujet de la sécurité est trop grave pour le ridiculiser de la sorte. Nous travaillons actuellement à l’amélioration des dispositifs en place mais ce travail demande réflexion au long terme. Une réflexion certainement plus responsable que celle d’une opposition systématiquement dans la polémique.

Que dire des élus de la liste La Ville en partage au conseil municipal ? On pourrait se réjouir de la présence d’élus de cette tendance pour garantir une pluralité des opinions et un travail commun sur les actions de solidarité ou de protection de l’environnement. Hélas, que constatons-nous ? Une critique permanente et stérile de toutes les initiatives de la majorité, avec une arrogance et un mépris manifestes vis à vis de son travail, transmettant en permanence des informations déformées, incomplètes et toujours subjectives.

  • Une représentativité des acteurs dans le projet de la Faïencerie ? Le comité de suivi des usagers ne semble pas à leur goût puisqu’il est conçu pour associer une pluralité d’acteurs de terrain plutôt que pour faire exister leurs grands égos.
  • Plus d’informations pour les élus de l’opposition et des temps de débat ? Dans les faits, on frôle les insultes gratuites de l’opposition dès la première visioconférence de travail du mandat organisée par Monsieur le Maire.
  • Des prises d’initiative sur le plan sanitaire ? Le référent santé de l’opposition préfère critiquer l’organisation de tests PCR au sein de l’école Faïencerie, pourtant saluée par toutes les fédérations de parents d’élèves. Sans doute aurait-il été plus judicieux de laisser circuler le virus ? Pour la gauche à Bourg-la-Reine, ce qu’on ne voit pas ne peut pas nous atteindre.

Très prompts à dénoncer de prétendus dénis de démocratie, personne ne se presse pour saluer les nombreuses actions de proximité.

Nous choisissons régulièrement de ne pas rebondir sur les positionnements décevants de l’opposition. Au contraire, nous voulons faire le pari de la « belle » politique. Celle qui porte des projets d’avenir, qui cherche la justesse et la justice. La politique qui crée du lien davantage que celle qui divise. C’est cette politique volontariste que nous souhaitons pour Bourg-la-Reine, à l’inverse des déclarations cosmétiques de l’opposition dans son ensemble, qui préfère briller plutôt qu’éclairer les autres.

La Majorité

_______________

Tribunes de l'opposition - Mars 2021

La Ville en partage

IL Y A URGENCE !

Toujours à la pointe du progrès numérique notre Maire met en place, pour le conseil municipal, la démocratie, non pas 3.0, mais trois fois zéro.

Sans aucune consultation, ne serait-ce que polie, il organise le dernier conseil municipal en visio-conférence. Nous demandons l'activation du mode « chat », qui permet, sans bruit et sans entraver le déroulement du conseil, d'échanger de courts messages entre élus. Après l'avoir accepté, M. le Maire y met fin brutalement car il ne peut pas y avoir « deux conseils en même temps ». Donc interdiction de débat hors des règles arides et bien contrôlées par lui-même.

Durant ce conseil a eu lieu le traditionnel « Débat d’orientation budgétaire », où nous n’avons pas retrouvé les véritables urgences face à la crise que nous traversons : plus de solidarité, plus d’investissement dans la prévention et la santé, plus de moyens sur ce qui est réellement utile aux habitants au quotidien. Pas de réponse à nos inquiétudes sur le devenir de la crèche familiale, mais en revanche un long exposé sur « l’urgence » lourdement martelée de… rénover le gymnase en charge d’accueillir les JO de 2024 !

Nous posons réglementairement (tout à la fin donc passé minuit et pour 30mn de débat) trois questions orales. C’est un des seuls moyens pour obtenir des réponses précises, mais en l’occurrence aucune ne recevra de réponse consistante :

- Sur le Trois Mâts : pour regretter le manque d'activité de ce lieu de vie et d’ancrage pour les jeunes, au cœur d’un quartier délaissé par la ville, nous étonner des démissions successives des deux dernières directrices.

- Sur l’armement de la police municipale (dont on découvre qu'elle avance à pas discrets au hasard d'un budget pour des séances dans un stand de tir), malgré un constat d’absence de hausse de l’insécurité.

- Sur l’excédent de 15% des sommes perçues pour l'enlèvement des ordures ménagères par le territoire Vallée Sud Grand Paris (où notre Maire nous représente et siège comme un des 6 vice-présidents) 

2021 a succédé à 2020, mais rien ne change. Et pourtant : il y a urgence !

Christophe Bonazzi, Marie Broutin, Marylène Cœur-Joly, André Del, Pierre-Alain Hauseux, Florence Maurice. Contact : elus@blr-lavilleenpartage.org. Page fb @laVilleenpartage

_______________

Se Rassembler pour Bourg-la-Reine

Démocratie, pauvre Démocratie !

Le dernier Conseil Municipal du 8 février s’est déroulé en visio. Aucune mesure sanitaire ne le justifiait, la distanciation physique étant respectée dans la salle des Colonnes.

Les débats sont inexistants, la majorité reste silencieuse et le petit doigt sur la couture. Seule l’opposition cherche à faire avancer les débats.

De débats, il n’y en eut pas.

Lors de ce Conseil, le Maire a décidé de nous fermer l’espace de discussion, nous empêchant d’échanger entre nous.

Lors de ce conseil, de nombreuses questions ont été posées, sans réponse, notamment sur le projet du gymnase des Bas-Coquarts et le financement d’architectes n’ayant rendu aucun travail, à hauteur de 75000 €

Lors de ce Conseil, aucun vote à bulletin secret n’a pu être émis, car la technologie proposée ne le permet pas.

Lors de ce Conseil, nous sommes devenus une simple chambre d’enregistrement des volontés de la majorité.

Ce Conseil a renforcé les convictions de notre équipe, de mettre tout en œuvre pour que notre ville revienne à ses habitants.

Claude Fernandez, Conseiller Municipal Se Rassembler pour Bourg la Reine