Hélios Latchoumanaya

Membre de l’équipe de France Paralympique de judo IBSA

Déjà 13 ans de Judo pour ce garçon qui vit à 100 à l'heure et qui nous donne envie de le suivre à la même vitesse. Originaire du Gers, (son accent le trahit vite), Hélios est passé par les sports-études de Bordeaux et Toulouse puis a pris son envol en intégrant l’INSEP (L'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance) il y a 3 ans. Courtisé par de grandes écuries parisiennes, c’est le côté humain et le projet sur du long terme proposé par le club et par la ville de Bourg-la-Reine qui a su le convaincre.

Entre ses entraînements biquotidiens, ses études en communication et ses séries Netflix Hélios nous a accordé un peu de son temps pour aborder le thème des Jeux Olympiques.

LES JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES

1/ Comment se déroule ta préparation pour les prochains JO ? Où en es-tu ? Comment te sens-tu ?

La préparation se passe plutôt bien, je m’entraine actuellement au minimum deux fois par jour avec une séance de combat, une séance de préparation physique et parfois une séance de technique. Le planning est assez chargé mais je suis en forme et j’ai de bonnes sensations

2/ Comment as-tu vécu la période de confinement et l'annonce du report des JO de Tokyo?

J’ai assez bien vécu la période de confinement car j’ai pu rentrer chez moi dans le Sud-Ouest. Je vois assez peu ma famille donc ça m’a fait du bien de recharger les batteries ! J’ai été suivi de près par les entraîneurs nationaux ainsi que mon coach de l’ASBR Judo pendant cette période. J’ai participé à des séances de préparations physiques avec les autres athlètes de l’INSEP et il y a également eu un suivi psychologique pour voir si les athlètes supportaient bien la coupure.

L’annonce du report a été un choc. J’ai d’abord été déçu car je me sentais très bien à ce moment-là et j’étais dans une bonne dynamique (Il venait de gagner un tournoi international en surclassant les leaders mondiaux de la catégorie) ... La déception fut de courte durée car il n'était pas question de m’apitoyer sur mon sort avec la crise que nous traversons. J’ai réalisé qu’une année d'entraînement supplémentaire ne pouvait me faire que du bien et que le combat à ce moment-là était ailleurs.

3/ Qu'attends tu des JO de Paris 2024?

J’attends une belle fête et un moment inoubliable. Avoir l’opportunité de vivre les Jeux Olympiques dans son pays c’est quelque chose de rare pour un athlète.

J'espère donc y être avec pour objectif d’y remporter la plus belle des médailles ! Devant mes proches ce serait incroyable ! Mais avant tout cela il y a les Jeux Olympiques de Tokyo qui vont se tenir au pays du Judo et qui si tout va bien arrivent à grands pas. Ce serait beau d’y réaliser une belle performance !

TA PRATIQUE EN CLUB ET TON LIEN AVEC LA VILLE DE BOURG-LA-REINE

5/ Quel rôle ton club et tes entraîneurs ont-ils joué dans ta carrière ?

L’ASBR Judo m’apporte de la stabilité et de la sérénité. Je peux me concentrer sur le Judo et mes études sans me soucier des aspects financiers ou administratifs car je sais que c’est gérer de la bonne manière par mon entraîneur et l’encadrement du club.

J’ai toujours eu une relation assez forte avec mes différents entraîneurs sans qui je ne serais pas arrivé où j’en suis. Je remercie mes entraîneurs du sport étude de Bordeaux qui m’ont permis de découvrir la pratique du Judo en IBSA, mes entraîneurs de l’Insep et de l’équipe de France qui m’ont fait passer un cap physique et psychologique et enfin Cédric Margalejo (Directeur technique du l’ASBR Judo) qui me suit au quotidien depuis maintenant 2 ans.

6/ Bourg-la-Reine "terre de jeux", qu'est-ce que ça t’évoque ?

C’est une expression qui sonne bien pour moi car ça m’évoque une ville tournée vers l’avenir. Les Jeux Olympiques ce ne sont pas que du sport de haut-niveau. C’est aussi une fête universelle qui met en avant le vivre ensemble et qui rassemble. Je retrouve ces valeurs dans la ville de Bourg-la-Reine qui met en place des événements sportifs multiples ouverts à tous autant en loisir que des événements de haut-niveau.

TES MESSAGES A DESTINATION NOTAMMENT DES JEUNES

7/ Quels messages souhaites-tu adresser aux Réginaburgiens qui te suivent, et notamment aux plus jeunes d'entre eux ?

Déjà un grand merci de me suivre et de me soutenir dans ma démarche. Je dirais aux plus jeunes mais également aux moins jeunes de croire en leurs rêves et de se battre pour les réaliser que ce soit dans le sport, la musique, l’art etc… Je leur dirais également qu’un handicap ou un obstacle ne doit pas les décourager mais plutôt devenir une source de motivation pour se surpasser. C’est une philosophie que j’applique depuis toujours et qui fonctionne pour l’instant plutôt bien !